Faune, Flore et paysages saïdéensBienvenue sur Réseau Saida Nature®. Cette page ainsi que celle intitulée « Environnement » sont désormais à votre disposition pour vos articles concernant l’écologie de Saida et de sa région en particulier et de l’Algérie en général.

Mais tout d’abord définissons ce terme qui était très à la mode à la fin du siècle dernier et qui le demeure.

 

 

Qu’est-ce que l’écologie ?

Sur le plan scientifique, l’écologie est une science qui étudie l’interaction des milieux naturels et des êtres vivants qui y vivent. En effet, la vie d’un animal, d’une plante ou d’un champignon, bref d’un être vivant, est étroitement lié au milieu naturel dans lequel il naît, vit et meurt. Par conséquent, l’étude d’une chauve-souris cavernicole ne sera pas la même que celle d’une chauve-souris nidifiant dans les interstices d’un toit ou d’un mur.

L’écologie est une science biologique qui étudie deux grands ensembles : celui des êtres vivants (biocénose) et le milieu physique (biotope), le tout formant l’écosystème. Devant la complexité de la nature et son immense richesse en espèces de toutes sortes, les scientifiques se sont spécialisés peu à peu. Ainsi, les entomologistes étudient la vie et donc la biologie des insectes. Les éthologistes étudient le comportement des animaux dans leur milieux naturel ou en captivité. Les bio-spéléologues étudient la faune et la flore des cavités souterraines, etc. Par ailleurs, l’écologie est fortement liée à d’autres branches de la biologie, principalement, la génétique, la physiologie, l’éthologie et l’évolution.

Sur le plan politique, l’écologie a été associée au combat pour le respect de la nature et de l’environnement grâce à l’action d’associations civiles et politiques. Un peu partout dans le monde, des partis politiques, « Les Verts » et des ONG (Organisations Non Gouvernementales) ont influencé les gouvernements et les organisations internationales comme l’ONU et les ont amené à prendre des décisions en faveur de la protection de l’environnement et des espèces animales et végétales surtout celles en danger d’extinction.

Un autre aspect me vient à l’esprit, celui des mouvements sociaux liés à l’agriculture et à l’approche écologique de celle-ci. L’Amérique latine fut le berceau de ces mouvements qui ont essaimé à travers le monde.

L’écologie, qu’elle soit scientifique, politique ou militante, est liée quasiment à tous les aspects de la vie. Et depuis que l’ONU s’est emparé de la question environnementale, il n’existe plus aucun endroit sur terre qui ne soit concerné par une approche écologique que ce soit sur le plan environnemental, agricole, industriel ou celui de la préservation des espèces végétales et animales. L’écologie est plus que jamais présente dans notre quotidien car la planète est surexploitée par des sociétés humaines particulièrement voraces en ressources naturelles et fossiles non renouvelables ce qui génère un déséquilibre préjudiciable à tous les écosystèmes.

Réseau Saida Nature® est concernée par la protection de la nature et de l’environnement spécialement dans la wilaya de Saida, Algérie. Des rubriques ont été créées pour héberger les articles de la rédaction et les contributions des amis de Réseau Saida Nature®.

Parler de la protection de notre environnement, c’est très bien; mais pour cela, nous devons d’abord le connaître.

Il nous faut connaître avec précision la composition de la faune et de la flore de notre région. Du simple ver de terre à la buse variable planant sur le Vieux Saida, de la fleur des champs la plus commune aux arbustes du maquis, il nous faut faire un inventaire scientifique exhaustif et méticuleux. C’est un travail de longue haleine mais qui doit être fait. Ce faisant nous travaillons, certes pour notre propre satisfaction morale, mais nous travaillons surtout pour les enfants d’aujourd’hui et de demain. Ces enfants ont le droit d’avoir cette chance : apprendre à reconnaître et à aimer les animaux et les plantes qui peuplent leur environnement.

L’apprentissage, aujourd’hui, par les citoyens et surtout par les enfants de la connaissance, de la reconnaissance et du respect des êtres vivants qui les entourent (faune et flore) est une nécessité.

L’éducation à la protection de l’environnement ne peut se concevoir sans une connaissances précise des écosystèmes locaux. Nous ne pouvons nous passer de l’écologie pour expliquer; aujourd’hui, à nos enfants, dès l’école primaire, ou même avant, l’importance de la vie animale et végétale locale. L’écocitoyenneté nécessite également la maîtrise parfaite par les citoyens impliqués dans les associations spécialisées dans l’environnement de tous les enjeux et des problématiques complexes qui se posent dans le cadre du développement nécessaire de nos villes et villages.

Hassen KSANTINI, ÉcoBiologiste, fondateur de Réseau Saida Nature®.

© 2008 – 2017, Tous droits réservés, Réseau Saida Nature®

No votes yet.
Please wait...

Commentaire

Écologie — 18 commentaires

  1. Salut? j’ai besoin de quelques informations sur la zone steppique de la région de Maamoura si c’est possible bien sûr

  2. bonjour
    avez vous des photos de pieds de cypres de tassili qu’ils esiste au niveau de la wilayade saida bbb

  3. Un peu d’histoire forestière – 6

    Quelques références – b

    Années 1940

    1. 1946 – P.Seltzer; Le climat de l’Algérie.

    Années 1950

    2. 1955 – P.Boudy; Économie forestière nord-africaine, tome 4.

    Années 1960

    3. 1966 – S.Grim; La propriété forestière en Algérie vers le milieu du XXème siècle.

    Années 1970

    4. 1974 – O.N.F.; Sommier de la forêt.
    5. 1977 – S.Grim; Ain Zeddim: carte du réseau de compartimentage au 1/25 000 (avec la collaboration de A.Djiid et B.Nedder).

    Années 1980

    6. 1982/1 – S.Grim; Oum Graf: carte du réseau de compartimentage au 1/25 000 (avec la collaboration de A.Djiid et M.Didaoui).
    7. 1982/2 –  » ; Oum Trif: carte du réseau de compartimentage au 1/25 000 (avec la collaboration de M.Didaoui et S.Brahmi).
    8. 1982/3 –  » ; Lalla Setti: carte du réseau de compartimentage au 1/25 000 (avec la collaboration de M.Didaoui et H. Belkhodja).
    9. 1984/1 – Y.Carlier; Aménagement de la troisième série de la forêt de Ain Zeddim (Monts de Daia, Algérie). Université catholique de Louvain.
    10-1984/2- B.Leleux; Contribution à l’étude dendrométrique du pin d’Alep en forêt de Ain Zeddim. Université catholique de Louvain.
    11- 1985/1 – Kh. Talbi; Inventaire du gibier en vue d’un aménagement cynégétique en forêt d’Oum Graf.
    12 – 1985/2 – A.Lezzar; Aménagement de la forêt d’El Berrah (Saida)- Trois volumes.
    13 – 1986 – R.Antoine; Contribution à un programme de formation de cadres en matière forestière en Algérie. Rapport établi à la demande du gouvernement algérien et de la Commission des Communautés Européennes. Union Européenne.
    14 – 1989/1 – M.P. – La gestion informatisée wallonne au service de la forêt algérienne. L’Avenir du Luxembourg, 31 mars 1989.
    15 – 1989/2 – M.-B.Hammache; Aménagement de la forêt de Krarcha (643,14 ha) par la méthode de la Transformation isospécifique; 2 volumes.
    16 – 1989/3 – A.Yanat; Aménagement de la forêt d’Ain Mounet (510,10 ha) par la méthode de la Transformation isospécifique. 2 volumes.
    17. 1989 – S.Grim; Le préaménagement forestier, 2 volumes.

    Années 1990

    18. 1992 – F.Baar et P.André; Aménagement et cartographie numérique. forêt de Ain Zeddim (Algérie) et forêt domaniale d’Eupen (Région Wallonne, Belgique).

    Années 2000

    19. 2006 – S.Grim; Vue d’ensemble de la cinquième série d’Oum Graf – imagerie Google Earth.

    Années 2010

    20. 2010 – S.Grim; Un peu d’histoire forestière. Site Saida Nature biodiversité et environnement: janvier et février 2010.

  4. Un peu d’histoire forestière -5.

    Quelques références -a.

    Années 1940

    1. 1946 – P.Seltzer; Le climat de l’Algérie.

    Années 1950

    2. 1955 – P.Boudy; Économie forestière nord-africaine, tome 4.

    Années 1960

    3. 1966 – S.Grim; La propriété forestière en Algérie vers le milieu du XXème siècle.

    Années 1970

    4. 1974 – O.N.F.; Sommier de la forêt.

    Années 1980

    5. 1989 – S.Grim; Le préaménagement forestier, 2 volumes.

    Années 1990

    6. 1992 – F.Baar et P.André; Aménagement et cartographie numérique. forêt de Ain Zeddim (Algérie) et forêt domaniale d’Eupen (Région Wallonne, Belgique).

    Années 2000

    7. 2008 – S.Grim; La cinquième série d’Oum Graf – d’après une image Google Earth.

    Années 2010
    8. 2010 – S.Grim; Un peu d’histoire forestière. Site Saida Nature biodiversité et environnement: janvier et février 2010.

  5. Un peu d’histoire forestière -4.

    Les forêts des monts de Daia et de Saida (découpage cadastral de l’administration forestière française) qui ont fait l’objet de travaux de compartimentage en préalable à leur aménagement sont les suivantes – les cantons forestiers constitutifs sont également indiqués:

    Forêt domaniale de Fenouane: 2 778, 33 ha
    Canton Fenouane: 595,00 ha
    Canton Berrah: 1 117,98 ha
    Canton Gourira: 1 065,35 ha

    Forêt domaniale de Djafra Cheraga: 7 708,65 ha
    Canton Ain Merdja 2 109,17 ha
    Canton Ain Kheroua 1 288,05 ha
    Canton Feratzit 79,37 ha
    Canton Granine 1 354,63 ha
    Canton Temda 1 343,25 ha
    Canton Bou Atrous 576,67 ha
    Canton Bendjeloud 751,09 ha
    Canton Chabet Dida 25,99 ha
    Canton Ras el Oued 180,43 ha

    Forêt domaniale de Maalif 2 707,50 ha
    Canton Tanezara 36,71 ha
    Canton Bou Nougueur 191,48 ha
    Canton Tamentit 564,13 ha
    Canton Hadjira 782,74 ha
    Canton Oustani 1 132,44 ha

    Forêt domaniale de Tendfelt 6 041,90 ha
    Canton Baba Brahim 1 977, 80 ha
    Canton Hassi Aoun 2 944, 61 ha
    Canton Ain Ghorabia 500, 40 ha
    Canton Ain Tendfelt 619,09 ha

    Par ailleurs, 2 862, 25 ha relevant de la forêt domaniale de Zegla (wilaya de Sidi bel Abbès) limitrophe et 352, 36 ha de terrains forestiers particuliers de la wilaya de Saida ont également été compartimentés.
    Le redécoupage des territoires cadastraux tels qu’établis par l’administration forestière française à la fin du XIXème siècle et dans la première moitié du XXème siècle a permis de définir de nouvelles entités forestières d’environ 3 700 hectares de superficie en moyenne;

    Forêt d’Ain Zeddim: 3 598, 82 ha
    Forêt d’Oum Trif: 3 611, 67 ha
    Forêt de Lalla Setti: 3 468, 13 ha
    Forêt d’Oum Graf: 4009, 46 ha
    Forêt de Djebel Tebrouria: 3 940, 76 ha
    Forêt de Faid Larbi: 3 822, 15 ha

    Ces 6 nouvelles – dans la première moitié des années 1980 – forêts forment la subdivision de Sidi Embarek (anciennement Garrigues) d’une superficie forestière totale de 22 450, 99 ha.

  6. Un peu d’histoire forestière -3.

    L’application de la  »Méthode d’aménagement sur compartimentage préalable – variante orthogonale » dans les forêts des Monts de Daia et de Saida a donné lieu à un grand nombre de  »Notices » rédigées pour la plupart par le personnel du projet. Sous le timbre  »Notices brèves du projet Pineraie de Saida » 200 Notices ont été élaborées et diffusées entre 1982 et 1989:

    – 3 notices concernent les grandes lignes de la méthode d’aménagement mise en application;

    – 1 notice concerne le codage du réseau de compartimentage et de desserte;

    -18 notices concernent le cloisonnement et la mobilisation des bois;

    -20 notices concernent la planification des interventions;

    -87 notices concernent les sommiers forestiers;

    – 1 notice concerne les incendies de forêts en Algérie;

    -26 notices se rapportent au contenu du manuel de préaménagement – dont nous reparlerons;

    – 1 notice présente la table des matières des  »Notices brèves du projet Pineraie de Saida ».

    Nota: À la liste du personnel mise en ligne le 27 janvier 2010 il convient d’ajouter: Bouzidi (Saida) et Tiffour (Saida).

    Références: Sur ce même site: Un peu d’histoire forestière 1 et 2 des 23 et 27 janvier 2010

  7. Un peu d’histoire forestière -2.

    Les techniciens forestiers qui contribuèrent de manière décisive à la mise en application dans les forêts de la région de Saida de la méthode d’aménagement sur compartimentage préalable – variante orthogonale – se nomment (les wilayas d’origine figurent entre parenthèses):

    Nacer Belabaci (Saida); Lakehal Belabbas (Saida); Belhamel (Tlemcen); Habib Belkhodja (Saida); Kada Bensekrane (Saida); Mohamed Boucif (Sidi bel Abbès); Senouci Brahmi (Mascara); Miloud Didaoui (Saida); Abdelkader Djiid (Tiaret; Laredj Kandouci (Saida); Mohamed Marok (Sidi bel Abbès); Bensafi Nedder (Relizane); Mohamed Seghier (Mostaghanem); Yahiaoui (Tlemcen); Kouider Zerrouki (Saida).

    La liste n’est certainement pas exhaustive.

    Ce fut le chef de district Belhamel, aidé de son collègue Yahiaoui, qui matérialisa à la boussole forestière Morin la première ligne du réseau primaire dans la partie nord de la forêt domaniale de Fenouane (commune de Ain el Hadjar).

    – Référence: Sur ce même site,  »Un peu d’histoire forestière -1 », 23 janvier 2010.

  8. Un peu d’histoire forestière -1.

    Entre 1973 et 1986 a été achevée la mise au point d’une méthode d’aménagement des forêts applicable aux territoires à relief peu accentué dépourvus de tradition sylvicole. Cette méthode d’abord dénommée  »préaménagement » a d’abord été appliquée en 1968 et 1969 dans les forêts des Monts des Ouled Nail, dans la région de Djelfa. Ce sont les massifs forestiers de la commune de Ain el Hadjar qui ont été concernés en premier lieu par les travaux qui se sont ensuite étendus aux zones boisées de Oualla, Tefessour et Youb. Nous reviendrons, si vous voulez bien, sur cette partie de l’histoire foresière de la wilaya de Saida. Grim, ingénieur civil des eaux et forêts.

  9. comment on peut interpréter la distribution des éléments biogéographiques dans la région de saida?

  10. Bonsoir Hassen,
    Je viens juste de lire ton message sur le site des diabétiques.
    Merci pour ton encouragement.
    Mes félicitations pour ton site SaidaNature.

  11. Bonjours hassen, Bravo pour le site, c’est génial et très intéressant. Permets-moi de d’attirer ton attention sur la région de Ain Skhouna que j’ai eu l’occasion de visiter plusieurs fois dans le cadre de mon travail.
    Dans cette commune la biodiversité est remarquable, la faune et de la flore sont très riches sans oublier ses resources inépuisables en eau.
    A ce sujet, j’aurais inchallah une modeste contribution afin d’enrichir ce site et informer plus les citoyens. Merci.

  12. salut, je voudrais savoir comment on peut interpréter la distribution de la végétation des éléments biogéographique dans la région de saida ?

  13. Merci Abou Soufian pour votre intervention sur Saida Nature. De mon point de vue d’écobiologiste et si j’ai bien compris le sens de votre question. je vous répondrais ceci : La commune de Sidi Boubekeur bénéficie d’une couverture végétale assez exceptionnelle : Massifs forestiers, de vielles futaies de pin d’Alep pour l’essentiel, alternent avec des formations de maquis et de garrigue de chêne-vert.
    Je profite de votre intervention pour demander aux spécialistes de la Biologie végétale de venir ici nous donner de plus amples et de plus précises réponses. L’objectif de Saida Nature est de, justement, mettre à la disposition des citoyens de la wilaya de Saida une information scientifique fiable.

  14. qu’est ce que la formation végétale de la commun de sidi boubkeur wilaya de siada